ENSEIGNEMENT AGRICOLE


L’ASSOCIATION LES ENFANTS DE MADAGASCAR parraine des jeunes en lycée agricole, mais aussi des étudiants en universités ou écoles supérieures d’agronomie.
A la sortie de leur scolarité, nous accompagnons ces jeunes vers leur projet professionnel.

LES JEUNES AGRICULTEURS

De jeunes agriculteurs, déjà dans la vie active, rencontrent de nombreuses difficultés lorsqu’ils souhaitent s’installer.
Bien souvent, outre le fait qu’ils vivent et travaillent avec leurs parents, ils ne peuvent pas acquérir ou louer des terres par contrainte culturale ou cadastrale.

Ils se regroupent en association rurale pour louer et exploiter en commun de maigres parcelles.
Mais bien souvent tout ceci n’aboutit qu’à de la production vivrière et ne dépasse pas le cadre local. L’essentiel est tout de même l’accès à l’auto suffisance alimentaire de la famille. S’il y a surplus de production les produits sont vendus localement. Nous intervenons à la demande de ces associations pour les aider à lancer une diversification dans leurs cultures en fonction de leurs besoins, bien souvent à notre portée.

Les Angady (bêches Malgaches), les sarcleuses utilisées dans les rizières (plantation du riz en lignes) et les herses de labour sont fabriqués par la petite école professionnelle d’Andraikiba, que nous soutenons depuis sa création. Nous contribuons à la formation et à l’aide financière pour le lancement de cultures de contre saison, telles la pomme de terre et la patate douce. Outre le fait que cette culture permet d’améliorer la fertilité du sol de rizières en friche, elle permet d’apporter une source de revenu et de sécurité alimentaire en période de non productivité des aliments de base.

LES SANS TERRE

Des populations campagnardes ont peu de terres et se tournent donc vers l’emploi journalier agricole ou l’exode en ville.
Quelques associations Malgaches sensibilisent ces familles à la difficulté d’une vie urbaine.

Elles apportent dans des secteurs précis une réponse par la formation à une diversification des cultures, même sur des terrains inadaptés. Elles louent des terres et les prêtent à ces familles, sous la condition de les exploiter.

Le but dans ces aides adaptées est de stabiliser en milieu campagnard ces populations d’origine rurale et de leur démontrer qu’il y a la possibilité d’une vie normale en travaillant la terre.

Nous soutenons actuellement deux de ces projets par :
· Formation, fournitures et plantations de légumes et féculents
· Plantation de riz sur terrain sec
· Plantation « en lignes et repiquage » de manioc
· Plantation d’arbres fruitiers prés des habitations (que nous rénovons quelquefois)
· Création de jardins collectifs prés des écoles ou des villages
· Adduction d’eau par gravitation, ou creusement de puits traditionnels

Nous sommes heureux d’associer quelques enfants volontaires à ces formations et au suivi de la culture maraîchère. Un grand merci aux généreux donateurs qui nous ont permis de louer 4 hectares, avec bail agricole, pour la coopérative agricole créée par les “sans terre”.

L’AGROFORESTERIE

La forêt disparaît régulièrement à Madagascar. De nombreuses raisons peuvent être évoquées pour démontrer le déficit de cultures forestières.
L’érosion dégrade les sols. Nous nous trouvons devant un des problèmes majeurs de Madagascar.
L’île Rouge, à chaque saison des pluies, se vide de son sang par les rivières et les fleuves drainant la terre jusqu’à l’océan.
Il faut donc planter. Nous nous y employons avec toutes les bonnes volontés Malgaches qui se font connaître et s’activent de plus en plus.
Force est de constater que la volonté de changer les habitudes vient de la jeunesse.
Nous soutenons donc les associations et actions visant à améliorer l’environnement et protéger les biotopes ou la biodiversité dans la région du Vakinankaratra. Nous organisons, avec les instituteurs, dans certaines écoles des journées de vulgarisation sur l’environnement avec plantations d’arbres fruitiers tropicaux, arbres de forêts ou arbustes de soutien des digues de rizières ou des canaux d’irrigation.
Près des villages, des écoles ou des cultures, et ceci avec le concours de toutes et tous, nous créons des haies qui assurent ainsi une régulation thermique et hydraulique. Ces haies, sur les coteaux érodés en particulier, s’opposent aux ruissellements des eaux de pluies et permettent d’alimenter plus rapidement la nappe phréatique. On économise ainsi l’eau de pluie qui ruisselle très rapidement vers les cours d’eau. L’écosystème de la haie forme une biocénose.
Diverses espèces de la faune locale peuvent ainsi y trouver refuge et se sédentariser à nouveau dans les secteurs désertifiés par la coupe de bois et le brulis.
Dans la mesure de nos possibilités nous fournissons aux instituteurs et aux élèves, documentation, cartes murales, ouvrages de sensibilisation, documentaires et bien sûr, plants d’arbres divers.

Nous sensibilisons les populations et les enfants à la gestion d’une forêt replantée qui pourrait servir à en tirer nourriture, engrais, produits phytosanitaires biologiques, produits forestiers, huiles essentielles.

Nos plantations :

· Moringa (Anambo à Madagascar). Ses graines purifient l’eau et ont une vertu antibactérienne. Elles servent à extraire une huile appelée l’huile de Behen qui apaise et adoucit la peau des bébés. Ses feuilles sont efficaces contre l’anémie, le diabète et les conjonctivites
· Paulownia. Sa croissance est quatre fois plus rapide que tous les autres arbres. Ses feuilles sont un excellent engrais. Ses branches coupées permettent au tronc de se développer et peuvent servir de combustible alimentaire. Son bois d’œuvre est rapidement à maturité
· Stevia. Ses feuilles ont un effet sucré très important. Cet édulcorant est adapté aux diabétiques
· Téphrosia. Ses racines très importantes stabilisent les sols et leurs apportent de l’azote. Avec ses feuilles bouillies on réalise insecticides et pesticides naturels.

Cet arbuste peut être très souvent coupé, il n’en repousse que mieux ! les branchages servent de litière au zébus et le bois mort au combustible alimentaire
· Arbres locaux de forêt et fruitiers tropicaux

Merci à l’entreprise SERVIPLUS – 31000 Toulouse qui nous soutient dans ces projets environnementaux et dans notre implication d’agroforesterie sur la région du Vakinankaratra, en particulier chez les charbonniers de Miantsoarivo où nous conscientisons familles, enfants et enseignants sur les dangers de l’érosion et donc sur la nécessité d’un reboisement rapide à Madagascar.